COMMUNIQUÉ de l'ANRAT

Publié le 21 Décembre 2015

COMMUNIQUÉ de l'ANRAT

L'ANRAT (Association nationale de recherche et d'action théâtrale) vient de faire paraître le communiqué suivant :

A NOS ADHERENTS, PUBLICS, PARTENAIRES DE L’ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE DU THEATRE ET DES ARTS DE LA SCÈNE

« Il y a quelque temps, Peter Brook a déclaré dans une interview qu’avec la découverte des neurones miroirs les neurosciences commençaient à comprendre ce que le théâtre savait depuis toujours. » Giacomo Rizzolatti et Corrado Sinigaglia, Les Neurones miroirs, Odile Jacob, Paris, 2008, p. 7

L’Association Nationale de Recherche et d'Action Théâtrale réunit des artistes et des enseignants pour une éducation active pour l’art et par l’art. En tant que Centre de ressources de l'éducation artistique théâtrale, elle tient à apporter sa part à la réflexion collective rendue nécessaire par les événements récents et le contexte politique et social.

Sans être péremptoires, faisons au moins l’hypothèse qu’il y a probablement très peu de djihadistes qui ont eu la chance de faire l’expérience d’un atelier artistique où se vivent les valeurs communes, où se partagent les émotions et l’empathie, la diversité des souffrances et des joies humaines, par la langue et le corps, ce que le théâtre nous enseigne depuis des millénaires. Dans ces jours sombres, nous savons au moins une chose : il faut sans relâche tenter d’allumer les petites flammes qui construisent notre espace symbolique commun, et cela dans les lieux les plus reclus de notre République. Enseignants, artistes, ensemble nous allons avoir beaucoup de travail patient à accomplir car c’est le sourire de l’avenir.

Seul espace associatif de réflexion partagée entre enseignants et professionnels de la culture, l’ANRAT éprouve la nécessité de réaffirmer combien les pratiques artistiques en compagnonnage avec des artistes, quels qu’ils soient, ne sauraient être considérées comme des soupapes réparatrices ni des opérations de vitrine. Elles représentent une nécessité humaniste et, plus que jamais, demandent un engagement militant fédérateur, loin des divisions politiques, loin des clivages artificiels et dangereux entre l’élitisme et le populaire. Il s’agit ainsi de réaffirmer, que la pratique artistique et culturelle construit l’individu et a toutes les chances de l’éloigner des fanatismes mortifères.

Faut-il attendre que se multiplient les horreurs pour retrouver ce chemin collectif ?

L'ANRAT se félicite de voir advenir les principes et valeurs qu'elle a toujours défendus dans des textes qui servent désormais de cadrage à la mise en œuvre de l'éducation artistique à l'Ecole. Mais qu'en est-il de l'accompagnement de tous les acteurs locaux, personnels de l'Education et de la culture, et leurs nombreux partenaires qui maillent les territoires, pour rendre ces parcours concrets et vivants ?

A l’heure où des programmations artistiques sont balayées à la faveur d’alternances électorales, à l’heure où des œuvres se voient censurées au nom de valeurs prétendument religieuses qui n’ont rien à faire dans l’espace public, une association comme l’ANRAT peut-elle rester silencieuse ? N’y a-t-il rien à opposer à de trop fréquents conflits entre parole et action ? N’y a-t-il rien à opposer à tout ce qui nourrit l’obscurantisme ? La pratique collective du théâtre – art de l'échange d'émotions et d'idées – favorise la prise de conscience de la nécessité d'accepter l'autre tel qu'il est - et des autres en soi - de l'utilité de chacun dans un projet collectif et de l'enrichissement qui naît de la rencontre des différences.

Consciente de tout ce qui a été construit par la décentralisation théâtrale et culturelle, et fidèle à cet héritage, l’ANRAT appelle les pouvoirs publics à mettre en place sans plus tarder un projet ambitieux où se croisent l’art et l’éducation au sein d’un grand service de la culture et de l’éducation artistique, avec tous les partenaires institutionnels et associatifs.

En d’autres termes, il s’agit de résister durablement à nos peurs collectives. Le passage par la fiction artistique et la création, vécues et éprouvées, trace nécessairement un chemin vers l’inconnu. C’est à ce prix que se construit une culture ouverte, à l’opposé de toute barbarie.

L’ASSOCIATION NATIONALE DE RECHERCHE ET D’ACTION THÉÂTRALE

Montreuil, le 18 décembre 201

en savoir plus ici

Rédigé par Collectif pour l'éducation par l'art

Repost 0
Commenter cet article